Quelle place pour le Japon dans la politique du China containment américaine ?
Source : China Institute   
05-07-2009

    " Je suis aujourd'hui plus pessimiste [...] que je ne l'ai été au cours des dernières décennies ". C'est en ces termes que William Perry, secrétaire à la défense sous l'ère Clinton, exprimait en 2000 ses inquiétudes quant au futur des relations sino-américaines, affectées par une dangereuse course à l'armement en Extrême-Orient. Si le dialogue entre les deux nations a toujours été ambigu, force est de constater qu'une défiance exacerbée aura marqué les années de la présidence de George W. Bush. Accusé à demi-mot par Pékin de mettre en œuvre une politique de containment à son encontre, Washington, qui nie officiellement l'existence d'une telle doctrine, a multiplié les accords de partenariat stratégique en Asie, renforçant de fait le sentiment d'encerclement chinois et les positions des partisans de la ligne dure au sein du Parti Communiste. Si de part et d'autre du Pacifique, on tente de briser cet enchaînement vicieux, le réalisme méfiant semble l'emporter dans cette variante du célèbre dilemme du prisonnier.

 

    Au cœur de cette confrontation, le Japon, pivot du dispositif sécuritaire américain dans la région, focalise les critiques et appréhensions chinoises depuis le plan de défense nippo-américain de 1997 et le retour d'une realpolitik teintée de nationalisme. Au delà des discours chinois les plus enflammés dénonçant le "nouvel impérialisme japonais" et une "conspiration occidentale", et ceux de certains hommes politiques et analystes japonais et américains comparant l'émergence de la Chine à celle de "l'Allemagne Bismarckienne" de la fin du dix-neuvième siècle, il convient de s'interroger sur le futur de ce rapport de force triangulaire, et plus particulièrement sur la position du Japon dans la politique de containment américaine. "La relation sécuritaire sino-japonaise est [en effet] l'une des variables les plus importantes [...] d’Asie Pacifique, ses implications sont non seulement régionales mais aussi globales".

 

Article de Vladimir Ionesco, China Institute

 

 

Télécharger l'article complet: