Recherche

Newsletter




Le Hukou face au développement chinois - partie 1 : introduction Version imprimable Suggérer par mail
Source : China Institute   
31-12-2012

                Si l’enregistrement des populations en Chine remonte au Ve siècle avant notre ère, le hukou fut mis en place dans le cadre des réformes économiques et sociales des premières années du régime communiste. Ce système trouve ses fondements légaux dans les réglementations de 1958 sur l’enregistrement par le hukou et de 1985 sur la carte personnelle d’identité de la République populaire de Chine.


         Dans sa version actuelle, le hukou remplit trois grandes fonctions : le contrôle des migrations intérieures, la gestion de la protection sociale et la préservation de la stabilité sociale.

 

 

                Le contrôle des migrations intérieures constitue le premier objectif du système du hukou. Dans ce cadre, chaque citoyen doit être enregistré à sa naissance auprès d’une localité. Le registre, le hukou à proprement parler, contient le statut ‒ urbain ou rural ‒ dudit citoyen, son adresse légale, son secteur d’activité, sa religion ou encore sa description physique. Après 1958, l’exode rural était étroitement contrôlé par les autorités, afin notamment de garantir l’approvisionnement des villes. Cependant, depuis les années 1980, les restrictions sur la mobilité ont été largement éliminées et, aujourd’hui, les citoyens chinois doivent simplement s’inscrire auprès des autorités locales s’ils demeurent plus de trois jours dans un endroit situé hors de leur lieu d’enregistrement.

 

 

Article de Samuel Saint-Pierre, China Institute

 

 

Télécharger l'article complet: