Recherche

Newsletter




Transport à Pékin : un dilemme de "taille" Version imprimable Suggérer par mail
Source : China Institute   
31-05-2011

       

        En ce début de XXIe siècle, les transports constituent une composante essentielle de la vie des citadins. Ils conditionnent quotidiennement l’accès au travail, aux biens de consommation, aux services, à la santé ou encore à l’éducation. Plus large que la notion de transport, la mobilité, qui englobe tous les aspects du monde urbain contemporain, est devenue cruciale pour les sociétés.

 

        Si elle s’accompagne d’avantages, comme l’accès à la consommation ou le sentiment de liberté, qui définissent un mode de vie citadin, elle engendre également un cortège de nuisances: embouteillages, ou encore pollution sonore et atmosphérique. De surcroît, l’inégal accès aux différents modes de transports est un facteur de discrimination, d’inégalités sociales et d’exclusion au sein de l’espace urbain.

 

        Les pouvoirs publics s’interrogent donc sur la possibilité de transports durables, c’est-à-dire répondant à un triple enjeu: l’efficacité économique, en fluidifiant la circulation des biens et des personnes essentielle à la vie urbaine et à l’attractivité métropolitaine ; l’écologie, avec le développement de transports « verts », plus respectueux de l’environnement ; et l’équité sociale, en promouvant l’accès de tous.

               
        La question de la mobilité se pose avec une acuité particulière dans les villes chinoises et à Pékin tout spécialement. Portée par une forte croissance économique, auréolée des Jeux olympiques de 2008, la capitale chinoise a connu, au cours des dernières années, une urbanisation et une motorisation accélérées, génératrices de multiples problèmes. Afin d’éviter les effets néfastes d’une mobilité croissante dans un espace confiné, de nouvelles politiques, comme le New Beijing Transport 

 

 

Article de Vincent Raes, China Institute

 

 

Télécharger l'article complet: