Recherche

Newsletter




L’Afrique en Chine : l’autre face des relations sino-africaines Version imprimable Suggérer par mail
Source : China Institute   
16-01-2011


        Que ce soit en termes de commerce multilatéral ou d’investissements directs à l’étranger (IDE), les relations sino-africaines ont connu depuis une dizaine d’années un développement inédit. En novembre 2009, la 4e édition du Forum de coopération Chine-Afrique était organisée à Charm El-Cheikh en Égypte. La présence de quarante-neuf pays africains, la signature de contrats conséquents, ainsi que l’octroi de nouveaux prêts, ont prouvé la vitalité des intérêts mutuels de ces deux zones. 

 
        Parallèlement à cette intensification des liens, aussi bien économiques que politiques, les mouvements migratoires constituent un facteur de compréhension essentiel ainsi qu’une partie intégrante de cette dynamique générale. Dans une posture plus idéologique, des Chinois (ouvriers, médecins, agronomes ou agents de la coopération) ont déjà été présents – certes de manière ponctuelle et  très restreinte – sur le continent africain depuis les années 1950 afin d’élaborer divers projets. Avec l’ouverture progressive de la Chine et la prédominance des intérêts économiques, ce mouvement vers l’Afrique a été accompagné puis dépassé par l’afflux de migrants venus de leur propre gré.

 

           
        Depuis le début des  années 2000, le mouvement inverse commence à devenir perceptible. S’il est difficile d’en estimer l’ampleur, cette installation timide, relativement récente et très localisée, n’est pourtant pas vraiment comparable avec l’arrivée plus massive des Chinois sur le continent africain...

 

 

Article de Romain Dittgen, China Institute

 

 

Télécharger l'article complet:

 

Image